L’effet de la Covid-19 sur les ventes de fleurs et plantes, deuxième édition

Les fleurs et plantes confirment toute leur importance

Fin février 2021, le bureau d’étude Motivaction a reconduit pour le compte de l’Office Hollandais des Fleurs l’étude sur les effets de la Covid-19 sur les ventes de fleurs et plantes. L’enquête vise cette fois également le grand public en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Conclusion ? En ces temps difficiles, les dépenses en fleurs et plantes ne sont en général pas les premières à être rayées de la liste des courses.

Résultats de l’enquête
Tweede meting effecten Covid-19 op verkoop van bloemen en plantenT

Les résultats les plus remarquables de cette enquête, en comparaison avec ceux de la première enquête de fin 2020, sont les suivants :

  • Les fleurs et plantes restent importantes en période de confinement.
  • Ces produits sont toujours très appréciés malgré la crise.
  • Augmentation des livraisons de fleurs et plantes à domicile et chez d’autres personnes.
  • Regard plutôt positif sur sa propre situation financière.
  • Les achats pour soi restent stables pour la plupart des répondants.

Examinons ces résultats de plus près.

Les fleurs et plantes restent importantes en période de confinement
Fin 2020, Motivaction avait demandé aux répondants s’ils estimaient que les fleurs et plantes amélioraient effectivement l’ambiance dans la maison, dont ils ne pouvaient pas sortir beaucoup : 60 % ont répondu par l’affirmative. La dernière enquête s’est davantage concentrée sur l’effet que les fleurs et plantes ont sur l’habitat d’une part et sur l’environnement de télétravail en particulier : 62 % répondent cette fois que leur habitat est plus agréable avec des fleurs et 61 % également avec des plantes. De plus, 51 % des personnes interrogées indiquent que les fleurs égaient leur environnement de télétravail et 52 % trouvent que les plantes ont un effet positif sur le travail à la maison. Pour la génération Y (née entre 1985 et 2000), ce chiffre atteint même 57 %.

Les fleurs et plantes améliorent l’ambiance
Fait remarquable : le public français et britannique se rend compte davantage que les fleurs coupées améliorent l’ambiance dans la maison (67 %) et affirme mieux soigner ses plantes d’intérieur et d’extérieur pendant la crise. Les consommateurs allemands indiquent plus souvent que leur environnement de travail devient plus agréable avec des plantes (57 %). Si nous examinons notre groupe cible, l’Aesthetic Explorer, l’amélioration de l’ambiance, tant pour les fleurs coupées que pour les plantes, est confirmée par 77 % des répondants. Ces chiffres sont en moyenne 10 % plus élevés que ceux indiqués avant la crise du coronavirus. 

Faire livrer plus de fleurs et de plantes à domicile
Près d’un quart des consommateurs ont indiqué que c’est après le début de la crise du coronavirus qu’ils ont pour la première fois fait un achat en ligne de fleurs coupées (23 %) ou de plantes (24 %). Une petite augmentation par rapport à la première enquête. Si 28 % se sont fait livrer des fleurs coupées à domicile depuis le début de la crise et 26 % des plantes, 25 % des répondants font plus souvent livrer des fleurs chez d’autres personnes qu’avant la pandémie, et ce chiffre est de 24 % pour les plantes.

Environ la moitié des personnes interrogées apprécient beaucoup que les fleuristes et jardineries proposent la livraison. De plus, 28 % des personnes interrogées disent acheter plus souvent des fleurs coupées parce qu’elles sont plus souvent chez elles et 27 % disent la même chose des plantes. Là aussi, on constate une légère augmentation par rapport à fin 2020. Nous voyons ici aussi que la génération Y réagit de façon plus positive que la moyenne. Elle commande plus souvent en ligne et achète également plus que la moyenne. 

Plus positifs sur leur situation financière
Tweede meting effecten Covid-19 op verkoop van bloemen en plantenAu moment de cette deuxième enquête, 66 % des répondants ont affirmé que leur situation financière n’avait pas vraiment changé, contre 68 % fin 2020. En outre, 65 % indiquent s’attendre à ce que leur situation ne change pas au cours des six mois qui viennent (contre 63 % fin 2020). Enfin, 20 % ont répondu que leur situation financière s’était détériorée et 15 % qu’ils s’attendaient à ce qu’elle se dégrade au cours des six prochains mois (contre 19 % fin 2020). En général, les perspectives sont donc légèrement plus positives que fin 2020, même si le public français reste le moins optimiste avec 19 % qui s’attendant à ce que leur situation financière se dégrade. Le groupe de la génération Y interrogé dans les quatre pays clés affirme plus souvent que la moyenne que sa situation financière s’est améliorée (15 % fin 2020). Et 19 % d’entre eux pensent qu’elle s’améliorera encore au cours des six prochains mois (contre 13 % fin 2020).

Le rapport finances et achat fleurs et plantes
Dans la perspective de leur situation financière prévue pour les six prochains mois, 63 % des répondants affirment qu’ils continueront d’acheter autant de fleurs coupées pour eux-mêmes (contre 61 % fin 2020) et 64 % pour offrir (contre 60 % fin 2020). Et 11 % des répondants disent avoir l’intention d’en acheter plus souvent, tant pour eux-mêmes que pour offrir. 

Différences entre les pays et les générations
Les Néerlandais et les Français disent en moyenne plus souvent qu’ils dépenseront moins, tandis que partout, la génération Y affirme avoir l’intention d’acheter plus de fleurs coupées. Cela n’a pas changé par rapport à fin 2020. Au Royaume-Uni, l’intention d’achat au moment de cette enquête semblait être stable, tandis qu’une légère augmentation était constatée en Allemagne. En ce qui concerne les plantes d’intérieur et de jardin, nous constatons la même tendance que pour les fleurs coupées. 

Conclusion
Des changements négatifs dans la situation financière personnelle des consommateurs peuvent être considérés comme un risque pour la branche. Tout comme en novembre 2020, nous estimons toutefois que ce risque est limité, car non seulement le pourcentage de personnes qui indiquent s’attendre à dépenser moins est relativement faible, mais aussi en raison de la sympathie dont les fleurs et plantes bénéficient durant la crise de la Covid-19. Nous sommes convaincus, peut-être plus encore qu’à la fin de l’an dernier, que les dépenses en fleurs et plantes ne seront généralement pas le premier poste supprimé dans les budgets en cette période difficile. Au contraire, les fleurs et plantes apportent joie et positivité en temps de crise.

Situation de crise pendant l’enquête
L’enquête de Motivaction a été une reconduction de celle d’octobre/novembre 2020. En février 2021, au moment de l’enquête, le public français, habitué à faire ses courses le soir, devait tenir compte d’un couvre-feu à partir de 18 heures. Les fleuristes néerlandais étaient quant à eux autorisés à vendre leurs produits devant la porte de leur boutique et les jardineries étaient fermées. En Allemagne, fleuristes et jardineries étaient fermés presque partout. Au Royaume-Uni, les jardineries étaient ouvertes et les fleuristes fermés. Dans tous ces pays, il était possible de commander des fleurs coupées et plantes en ligne, de se faire livrer ou de faire du Click & Collect. 

                     

Avril 2021