• LinkedIn

Bonne participation au webinaire sur le suivi de l’enquête "consommateur et durabilité"

30 avril 2024

Le 19 mars, l’Office Hollandais des Fleurs a organisé un webinaire sur les résultats d’une enquête en continu conduite auprès du grand public sur les principaux marchés européens. L’enquête montre comment évolue l’image des fleurs et des plantes, ainsi que celle de la filière, en termes de durabilité. Plus d’une centaine de producteurs, de commerçants et d’autres parties intéressées ont pris part à ce webinaire. Ils ont constaté que le grand public a en majorité une position neutre sur l’impact durable des fleurs et des plantes. Formant un groupe que nous ciblons dans notre communication, ces « neutres » sont ouverts quand aux étapes positives conduisant à plus de durabilité.

Image
Sustainability

La durabilité est sans aucun doute un facteur de plus en plus important dans l’idée que se fait le grand public de différents filières et produits. Pour pouvoir suivre cette évolution, nous étudions chaque mois la perception du grand public en Allemagne, en France, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, et ce depuis avril 2023.

Dans une enquête en ligne en continu, le bureau d’étude Kantar a ainsi interrogé près de 10 000 personnes. Le coup d’envoi a été donné en avril 2023 avec un important premier groupe. Au cours des mois suivants, des groupes de 600 répondants âgés de 18 à 70 ans ont ensuite été interrogés. L’échantillon interrogé dans chaque pays étant ainsi représentatif.

Les principaux résultats

  • Les répondants ont pour la plupart réagi de façon positive ou neutre en ce qui concerne la durabilité dans le secteur de l’horticulture ornementale
  • Les jeunes sont plus positifs que leurs aînés
  • Les Néerlandais sont plus neutres et critiques sur le secteur des fleurs coupées
  • Les Allemands, les Français et les Anglais se montrent prudemment plus positifs
  • Le secteur des plantes est mieux noté que celui des fleurs coupées
  • Le secteur de l’horticulture ornementale est encore perçu comme hésitant dans les mesures visant à plus de durabilité
  • Les thèmes et les attentes varient d’un pays à l’autre
  • Les jeunes sont notamment de plus en plus conscients de l’importance de leur propre comportement
  • Sur les réseaux sociaux, c’est la neutralité qui domine, avec toutefois des réactions négatives relativement nombreuses

Le groupe le plus important est neutre
La plus importante question de l’enquête était de savoir quel regard le grand public porte sur le secteur lorsqu’il s’agit de durabilité. Dans les quatre pays clés, la plupart des consommateurs n’ont pas d’avis clairement tranché sur l’impact que la filière peut avoir en matière de développement durable pour l’environnement. Depuis le sondage de référence d’avril 2023, aucun grand changement n'est survenu dans la perception du grand public.

  • Le groupe le plus important est neutre, 53 pour cent pour les fleurs et 52 pour cent en ce qui concerne les plantes.
  • Les avis positifs sont respectivement de 42 et 45 pour cent.
  • Et le sentiment négatif anime 5 et 3 pour cent des répondants.
  • Les jeunes sont relativement plus positifs que leurs aînés, qui se montrent plus souvent neutres.

Les consommateurs neutres sont connus pour être influençables. Les développements durables qui surviennent dans le secteur de l’horticulture ornementale ainsi que l’intérêt médiatique qu’ils suscitent offrent précisément des opportunités pour exercer une influence positive sur cette image.

En savoir plus, par exemple sur les différences entre les pays ? Lire la suite.

  • 1. Image changeante aux Pays-Bas
    Dans les deux catégories de produits, on constate une interaction entre les groupes neutres et positifs. Lorsque le groupe des neutres augmente, celui des positifs est en baisse et inversement. Les différences entre les pays sont clairement visibles. Le public est le moins positif aux Pays-Bas, même si le groupe des neutres y reste de loin le plus important. Le sentiment qu’inspirent les fleurs évolue dans ce pays de façon instable. La perception du secteur des plantes est plus stable et varie de façon moins anarchique.
  • 2. Les positifs prennent de l'ascendantDepuis avril 2023, le regard porté par le public allemand sur le secteur des fleurs est légèrement plus positif, tandis que sa perception du secteur des plantes reste stable. Le public français est relativement le plus positif et ce dernier groupe y est désormais plus important que celui des neutres.
    Au Royaume-Uni, on constate depuis avril 2023 un revirement positif en ce qui concerne l’image que le public se fait tant des fleurs que des plantes. Pour les deux catégories de produits, le groupe des positifs est devenu plus important que celui des neutres depuis novembre.
  • 3. Sensibilisation croissante des jeunes
    L’enquête montre clairement que la perception du secteur dans certains domaines n’évolue pas rapidement. Le secteur est toujours considéré comme restant hésitant face à la durabilité. Aux yeux du grand public, tous les acteurs de la filière doivent prendre leurs responsabilités. Notamment les groupes cibles plus jeunes (les 18 - 44 ans) sont de plus en plus conscients de l’impact positif de leur propre comportement sur la durabilité.
    Pour le public néerlandais, ce sont surtout les emballages qui importent. En France, la consommation excessive d'eau est une préoccupation majeure, tandis que les Allemands attendent surtout des progrès dans la réduction de l’utilisation de pesticides. Quant au public britannique, il pointe du doigt les problèmes que posent les déchets des fleurs et des plantes, la tourbe, ainsi que les conditions de travail.
  • 4. Attitude et comportement
    Encore aujourd’hui, il y a un grand écart entre les intentions en matière de durabilité et le comportement réel du grand public. Les obstacles les plus souvent cités sont le manque de connaissances du produit, de son origine et de son impact sur l’environnement. Souvent, les prix plus élevés ont également un impact décisif. Beaucoup de répondants avouent ne pas prendre la durabilité en considération lors de l’achat de fleurs coupées, de plantes d’intérieur et de plantes de jardin ; pour eux, l’achat doit surtout rester source de plaisir.
  • 5. Réseaux sociauxOutre via les sondages mensuels du bureau Kantar, la perception des thèmes liés à la durabilité et au secteur de l’horticulture ornementale estdepuis peu, également suivie sur de nombreux réseaux sociaux. Cette surveillance dite sociale (sur les réseaux sociaux) montre également les tendances sur de plus longues périodes et informe davantage sur les sources et sur les consommateurs critiques.
    Les premiers résultats issus de la surveillance sociale aux Pays-Bas, ce processus ayant désormais également été lancé dans les autres pays, montrent que les messages neutres dominent mais qu’il existe aussi un sentiment négatif. La plupart des messages et des réactions sur les réseaux sociaux publiés le mois dernier sur les fleurs et les plantes parlaient de l’utilisation des pesticides. La pénétration en ligne des messages sur les pesticides est en moyenne deux fois plus importante que celle des messages sur les autres sujets populaires tels que les gaz à effet de serre, les émissions de CO2, les serres et l’énergie.
    Les informations publiées en mars faisant état de fortes concentrations dans l’eau dans la région de production de bulbes à fleurs de la Hollande du Nord ont débouché sur de nombreuses réactions négatives sur les réseaux sociaux.

En savoir plus ?
Pour plus d’informations sur cette enquête, prendre contact avec Anne van der Wal via avanderwal@bloemenbureauholland.nl.