Dernière enquête sur l’impact de la pandémie sur le comportement du grand public

La place des fleurs et plantes dans les ménages reste stable

En février, le bureau d’études Motivaction a enquêté pour la cinquième fois sur l’impact de la Covid-19 sur l’intention d’achat de fleurs et plantes. L’enquête en ligne a été conduite en Allemagne, en France, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Ses résultats montrent que le grand public prévoit de continuer d’acheter plus souvent des fleurs et des plantes. Et ce, en dépit de l’incertitude croissante qui plane sur sa situation financière.

Un lieu de vie et de (télé)travail vert
Final survey of effects of pandemic on consumer behaviourLa Covid-19 a fait prendre conscience au grand public de la façon dont les plantes rendent le lieu de vie et de (télé)travail plus agréable. Au début de la pandémie, 50 % des répondants en étaient conscients. Aujourd’hui, deux ans plus tard, ce pourcentage est passé à 68 %. Il en va de même pour les fleurs coupées, avec 50 % en 2020 contre 67 % aujourd’hui. Chez les Aesthetic Explorers, nous constatons une augmentation de 76 % pour les fleurs coupées et 75 % pour les plantes, et un impressionnant 95 % pour les deux variétés réunies. Cette tendance est susceptible de se pérenniser car 45 % des répondants s’attendent à poursuivre le télétravail tandis que 27 % partageront leur temps de travail entre le bureau et la maison.

Profiter d’un extérieur plus vert
Davantage de consommateurs aiment également embellir leurs jardins et balcons avec des plantes. Au début de la pandémie, 40 % d’entre eux déclaraient aimer cela. Notre dernière enquête réalisée en février 2022 montre une augmentation de ce chiffre, qui passe à 48 %. Nous constatons notamment une forte augmentation en Allemagne (52 %), en France (53 %) et au Royaume-Uni (55 %). Les Pays-Bas sont un peu à la traîne, avec actuellement 32 %.

Nouveaux objectifs de l’enquête
Pour le moment, il s’agit de la dernière enquête de cette série commandée par l’Office Hollandais des Fleurs. Nous allons désormais nous concentrer sur l’impact de l’inflation et de la perte de confiance des consommateurs sur leur intention d’achat de fleurs et plantes. Il est difficile de prévoir quel en sera l’impact exact, mais les répondants dans cette dernière enquête paraissent plutôt optimistes. Malgré l’incertitude de leur situation financière, les fleurs et plantes ne semblent pas subir les premières coupes budgétaires dans les foyers.

En savoir plus ?
Le rapport d’enquête complet (en anglais) est gratuitement mis à disposition et peut être demandé auprès Ron Jeronimus, Country Manager France r.jeronimus@officedesfleurs.fr.